• bibliothèque

    70 ans!

    En 2024, Les Cahiers de droit fêtent leur soixante-dixième anniversaire. Fondée par des étudiants en 1954, la Revue n’a cessé depuis lors de promouvoir la recherche juridique de qualité et de la diffuser largement, principalement en français.
     

    Comme chaque année, 2024 proposera aux lecteurs 4 numéros, deux réguliers, deux thématiques. Le premier de ces derniers (mars) portera une vision «externe» sur les tribunaux. Et, pour célébrer la succession des années, quoi de plus indiqué qu’un numéro consacré…au Temps (juin)?
     

    Bonne lecture!

  • caméra

    Rencontre avec...

    La directrice des Cahiers de droit, Sylvette Guillemard, est heureuse d’annoncer la création d’un nouveau projet vidéo qui mettra en lumière un auteur ou une autrice par numéro. «Rencontre avec…» consiste en une brève conversation entre la directrice de la revue et une personne, tirée au sort, dont l’article est publié dans le dernier numéro paru.

    Ce mois-ci, Rencontre avec…Yan Sénéchal.

À propos

La revue Les Cahiers de droit s’inscrit dans une longue tradition de rigueurs scientifique et éditoriale. Depuis sa fondation en 1954, elle a pour mission d'assurer la diffusion des travaux de recherche qui contribuent soit à une meilleure connaissance fondamentale du droit, soit à une évolution de celui-ci en fonction des besoins de la société. Les Cahiers de droit publient des articles de fond, de haute qualité, inédits, sur tous les sujets en droit civil ou en common law. À l'instar de la plupart des périodiques juridiques nord-américains, la revue n'occupe pas un créneau spécialisé. Elle reflète la diversité de la recherche qui s'effectue dans tous les domaines du droit et qui est susceptible d'intéresser un lectorat aux intérêts et aux besoins variés: chercheurs universitaires, légistes, juges, administrateurs et praticiens du droit, avocats et notaires en particulier. La revue atteint également un lectorat externe à la communauté juridique et se fait l’écho de recherches pluridisciplinaires s'intéressant au droit (psychologique, linguistique, philosophie, économie, etc.).

La revue est essentiellement francophone, mais elle publie à l’occasion des textes en anglais. Axés sur la francophonie mondiale, Les Cahiers de droit publient des auteurs de tous horizons et sont consultés sur tous les continents. En ce sens, ils constituent une forme d’observatoire du droit civil en couvrant un large pan des recherches de sciences juridiques (droit comparé, théorie, droit positif, inter et transdisciplinaire). En plus de cette mission de diffusion du savoir juridique civiliste francophone, Les Cahiers de droit mettent l’accent sur la nature fondamentale du bijuridisme canadien (common law et droit civil) et pluriculturelle que ce dernier implique. Cela contribue à faire de la revue un laboratoire de droit comparé.

La revue a pour objectif de publier des articles qui présentent un exposé scientifique sur le droit, d'une part, et des contributions qui traitent du phénomène juridique dans une perspective d'analyse externe au droit, d'autre part. Ainsi, elle accepte des articles à caractère informatif qui ont pour but la conceptualisation et la systématisation du droit, en privilégiant toutefois ceux qui adoptent une orientation théorique et qui sont de nature à alimenter la constitution et le renouvellement de la doctrine juridique. Une large place est par ailleurs accordée à la critique du droit et à la réforme des institutions. Les Cahiers de droit privilégient les nouveaux créneaux du droit et ceux qui sont en mutation, tel que l’impact des nouvelles technologies sur le droit, le genre et la législation, la gouvernance démocratique, les transformations du droit de la famille, le pluralisme religieux, la protection de l'environnement, l’éthique de la recherche, le droit du commerce électronique et l'incidence de la mondialisation sur les droits des travailleurs, la protection des consommateurs et les droits des Premières Nations. Somme toute, Les Cahiers de droit visent une approche à la fois encyclopédique par rapport à l’avancée des connaissances en droit tout en favorisant les recherches de pointe aussi bien de nature appliquée que prospective.